Archive

Posts Tagged ‘élections’

Le NPD perdu au Québec

avril 28, 2011 2 commentaires

Le Canada est en élections. Au départ, je ne voulais pas en parler, parce que l’enjeu se résumait à redemander à un électeur, désabusé et frustré de voir 300 millions de dollars s’envoler en fumée démocratique, de retourner voter pour ou contre un gouvernement Harper qui peine à s’imposer à la majorité de ce vaste territoire canadien hétéroclite qu’on appelle un pays.

Au Québec, à la fin mars encore, il était clair que nous allions faire Bloc contre Har-peur. Ça me rendait bien fière d’être québécoise, même si je savais pertinemment que le gouvernement conservateur n’avait plus besoin de la Belle-Province pour représenter la majorité canadienne. Lui suffisait de conserver ses 10 députés de Quebec City.

Bref, en début de campagne, le suspense se résumait (encore ! ) à Har-peur majoritaire ou Harper minoritaire.

Puis est arrivé le Bon Jack avec sa belle moustache à TLMEP. Avec ses publicités cool de p’tits chiens et de hamsters. Avec son air sympathique et son humanisme crédible. Puis, presque par magie, le vent électoral a tourné. Le NPD a maintenant le vent dans les voiles dans la province et il est crédité de 37,4 % des intentions de vote contre 24,3 % pour le Bloc. Les Québécois semblent encore apporter au Canada un vent de changement. Quelle belle histoire !

STOP ! Quelque chose cloche dans cette histoire.

Le scénario n’est pas mal du tout. Les personnages principaux aussi, le momentum politique semblent bon, le metteur en scène aussi. Mais le lieu de l’action n’est pas du tout le bon. Et deux fois plutôt qu’une.

Primo, le NPD a fleuri, certes, mais au mauvais endroit. Plutôt que de percer, monter et gagner en Ontario, le voilà qui prend les devants au Québec. C’est bien beau tout ça, mais ça ne changera rien à l’histoire du Parti Conservateur qui connaît bien, lui, les lieux où concentrer ses actions. Harper n’a plus besoin du Québec pour parvenir à une majorité parlementaire. Que les Québécois votent Bloc ou NPD, ça change quoi pour lui ?

Il n’a qu’à conserver ses acquis près de Québec, à Roberval et Pontiac et le tour est joué.

Ce qui m’amène à mon secundo.

Non seulement le NPD s’est-ils trompé de province, mais en plus il ne séduit pas les bonnes circonscriptions : sur 11 députés conservateurs, le NPD n’en devance actuellement que trois.

Presque partout ailleurs, c’est au Bloc que le NPD soutire des intentions de vote.

Alors, chers Québécois, c’est bien beau de vouloir voter pour du Changement, mais ce n’est pas en votant « yes we canne » que vous y parviendrez nécessairement.

Mais tout dépend de ce qui vous motive. Si vous souhaitez voter stratégique contre les Conservateurs, seulement trois de leurs circonscriptions risquent actuellement d’être prises par le parti du bon Jack.

Alors, citoyens de Beauport-Limoilou, Charlesbourg-Haute-Saint-Charles et Pontiac, allez-y gaiement, voter orange, votre vote risque fort de faire une différence sur le nombre total de députés conservateurs à Ottawa le 3 mai. Citoyens de Lévis-Bellechasse et Lotbinière-Chute-de-la-Chaudière, vous n’êtes pas loin non plus.

Voir ici : projet démocratique.

Quant aux autres qui rêvent tout à coup de socialisme centralisateur des Prairies, demandez-vous si votre député et tous ses nouveaux collègues oranges sauront mieux servir vos intérêts et convictions au Parlement canadien qu’un député du Bloc. Pensez-y comme il faut, là.

Source

Je n’ai rien contre les idées de gauche du NPD. Comment être contre un programme aussi flou, de toute façon ? Si j’étais née à Régina, sûrement qu’il serait mon parti. Je me demande seulement pourquoi c’est encore au Québec, et non dans le ROC, que le vent électoral progressif tourne ? Peuvent pas se déniaiser un peu, en Ontario ?

J’oubliais. Si jamais le NDP infligeait une véritable raclée au Bloc, peut-être son chef et ses excellents députés pourraient penser à retourner à Québec pour les prochaines élections provinciales. Peut-être.

Publicités
Catégories :Politique nationale Étiquettes : , , , , , ,

La démocratie: trop, c’est comme pas assez…

Y’a ceux qui se battent et meurent pour pouvoir voter pour de vrai, et les autres (enfin, moins de 60 % d’entre eux) qui votent, quatre fois en sept ans, sans passion et en chialant que ça coûte ben trop cher !

Encore Côté

Si au moins on pouvait nous aussi crier Dégage à quelqu’un d’ici les élections canadiennes du 2 mai.

Révolution tunisienne: espoirs et doutes

La révolution tunisienne évolue tellement vite, qu’il est impossible de vous rapporter tous ses revirements. Elle est tellement imprévisible, qu’il est des plus hasardeux d’affirmer que la « démocratie » est en train de s’implanter. Il est tout aussi douteux de prétendre le contraire.

Pont crucial, le pays ne possède pas de pétrole : il n’a donc pas à modifier ses politiques selon l’appétit énergétique de l’UE ou des USA.

source

Contrairement à la Libye, les institutions typiques de la démocratie à l’occidentale sont implantées depuis longtemps en Tunisie. Ce pays est une république à la française depuis 1956. De nombreux travailleurs y sont syndiqués et les médias y sont nombreux. Les régions disposent de leurs propres organes gouvernementaux. Les ONG y sont nombreuses et actives depuis longtemps.

Ce n’est donc pas tant l’instauration d’instances ou d’organismes démocratiques que la population demandait avec son « Dégage Ben Ali » en janvier, mais le bon fonctionnement d’institutions qui ont été totalement détournées et muselées au profit d’un seul parti politique, le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD), le parti de Ben Ali. Avant le 14 janvier, il comptait 2 millions de membres sur une population de 10 millions.

C’est pourquoi nombre de Tunisiens, à coup de manifs et de Sit-in, ont par la suite fait tomber, et en moins de deux mois, deux gouvernements provisoires composés de caciques du RCD.

« Pas question que l’on nous vole notre révolution ! » « Aucun détournement de la révolution ! » « Pas question de retour en arrière ! »

Voilà les slogans que les gens de la Kasbah scandaient. Leurs porte-parole officiels exigeaient que des réformes politiques soient lancées afin de redonner force et pouvoir à des institutions politiques et civiles déjà existantes.

Mais au même moment, la majorité silencieuse entrait en scène à la Kobba : cette floue majorité silencieuse voulait l’arrêt des grèves, des Sit-in et des manifs, le retour à la sécurité et au travail. Elle affirmait que les anarchistes militants qui manifestaient à la Kasbah pour les réformes politiques voulaient en vérité leur voler leur révolution, que ces gens ne parlaient pas au nom du peuple, mais pour eux-mêmes…

C’est dans cette ambiance de « division » qui a fait 6 mort à Tunis en deux jours que le troisième gouvernement est entré en fonction.

Ce troisième gouvernement en deux mois est clairement plus pur de membres du RCD que les deux premiers. Il a clairement apaisé les tensions, acceptant les revendications de la Kasbah : tenir des élections d’une assemblée constituante (prévues le 24 juillet, la future assemblée rédigera une nouvelle constitution et prépara les élections présidentielles). Le tout en apaisant les craintes de « la majorité silencieuse », en convainquant tout le monde de cesser les grèves et de retourner au travail, pour faire tourner l’économie.

Une semaine après son arrivée, le gouvernement de Essebsi a aussi aboli la terrible et tortionnaire police politique. Un juge a depuis officiellement dissout le fameux et pitoyable RCD.

On sent depuis la Tunisie sur la bonne voie. Des initiatives sont prises, comme celle-ci, qui nous rappelle à chaque fois le caractère exceptionnel des jours que vivent les Tunisiens : imaginez qu’au Québec, les conseils municipaux des 1 000 villes soient dissous et que l’on invite les citoyens à s’inscrire afin de devenir conseillers temporaires jusqu’aux élections.

Le hic, c’est que cette initiative n’a pas été portée à l’attention ni des médias, ni du public. Le bémol est que le Ministère de l’intérieur (encore lui !), n’a donné qu’une semaine aux gens pour se présenter et qu’il n’a pas précisé comment serait jugées les candidatures.

Du coup, sur FB, où j’ai appris la nouvelle, on se demande si les caciques ne seront pas avantagés par ces manières douteuses de procéder. Et l’on repart le questionnement: le ménage a-t-il bel et BIEN été fait ?

Et voilà le doute qui renaît, dans l’ombre de l’espoir.

source

Ainsi vont les lendemains de révolution. Tel un funambule perché à 100 000 mètres au-dessus d’un vide absolu, poussé d’un côté par le vent silencieux de la continuité et de la sécurité pécuniaire, et de l’autre par le vent grisant et inopiné de la liberté, l’Homme tente de faire la part des choses, toujours tiraillé entre l’espoir d’un pays qui avance désormais la tête haute et le doute que les racines de la malversation n’aient pas été assez profondément arrachées de la terre.

La révolution tunisienne est en marche…

janvier 19, 2011 1 commentaire

Ceux qui me connaissent savent certainement ce à quoi je passe une bonne partie de mon temps ces derniers jours : lire, lire, lire, sur ce qui se passe en Tunisie. Regarder des vidéos, consulter des pages FB, envoyer des messages à mes amies et amis là-bas, clavarder avec eux.

J’y ai vécu pendant huit mois en 2005 et une partie de mon cœur y est resté. Pour tout plein de raisons, dont cette révolution contre le régime de Ben Ali qui restait à faire.

Depuis vendredi, j’essaie de pondre un billet d’enfer sur les récents événements qui s’y produisent depuis le 17 décembre 2010. Mais ils déboulent tellement vites – et ils impliquent tant de données politico-économico-sociaux-militario-historico-religieuses, que je réécris mon texte à chaque jour, plutôt que de le mettre en ligne ici.


Photos Maurizio Giuliani

En voici donc une version, un peu toute croche, un peu nébuleuse, pas très claire, mais sentie, plus que sentie. Comme la révolution tunisienne, en quelque sorte.

Quand la rue fait tomber le dictateur.

Vendredi, Ben Ali est parti, en catastrophe, comme un voleur. Depuis, il s’est passé et se passe toujours bien des choses en Tunisie. J’y reviendrai plus loin. Mais avant, je veux insister sur ce vendredi 14 janvier 2011 qui fera date là-bas et, qui sait, ailleurs.

Je veux y revenir pour souligner, surligner, immortaliser, encore, le courage de ce peuple. Même le mot courage me paraît trop faible. Jamais la rue arabe n’avait encore fait tomber un dictateur arabe, à ce que l’on dit. Ben Ali n’était pas le moindre. Je salue donc les Tunisiens. Particulièrement la jeunesse, qui a mené, et mène toujours, la lutte dans la rue et via Internet. Voilà une raison pertinente à l’existence des réseaux sociaux.

Le régime de Ben Ali, que la plupart des médias hésitent encore à qualifier de dictatorial, l’était pourtant jusqu’au bout des ongles (surtout de ceux de Leila Trabelsi, sa femme).

Mais le monde occidental a toujours fermé les yeux pour une multitude de raisons, dont aucune ne justifiait le sort quotidien réservé aux Tunisiens : « paix social » ; rempart aux islamistes et aux immigrants de l’Afrique; relative égalité des sexes, éducation et santé gratuite; économie prospère; destination touristique bon marché.

En contrepartie, les chefs d’État de nos pays ont fermé les yeux sur ce qui devait leur sembler un détail : opposants politiques arrêtés, torturés, tués. Une presse non seulement muselée, mais manipulée. Une mafia, celle de la belle-famille présidentielle, qui profitait à elle seule de la fameuse prospérité économique du pays.

Et pendant ce temps, les adultes s’endettaient et les jeunes chômaient dans les cafés avec leurs diplômes universitaires gratuitement offert par l’État « démocratique ». Et tout le monde avait peur.

La Tunisie en 2005

Quand j’habitais à Tunis en 2005, le simple fait de prononcer le nom de Ben Ali dans un endroit public faisait trembler les gens qui m’accompagnaient. J’ai vu des cafés être fermés parce que l’on y avait parlé de politique. J’ai vu le propriétaire de mon appartement me demander de fermer mon téléphone portable avant de critiquer devant moi le moindre geste du parti au pouvoir. J’ai connu des gens qui avaient été torturés pendant la révolte du pain en 1984. Tous les gens rencontrés pendant mes huit mois là-bas avaient un ami, un frère, qui avait été menacé, harcelé, torturé par les policiers du dictateur. J’ai rencontré d’anciens intellectuels qui crevaient de faim, et leur famille avec, empêchés de travailler, empêchés de quitter le pays, parce qu’ils avaient osé à peine critiquer le régime policier de Ben Ali. J’ai vu mon rédacteur en chef publier en page 3, à chaque semaine et sans faute, un hommage à Ben Ali, sans quoi son hebdomadaire « indépendant » ne se retrouverait pas sur les rayons. J’ai entendu 3 000 histoires des sous-sols du Ministère de l’Intérieur.

Il y a presque six ans, personne n’osait défier le gouvernement. Pis, tout le monde, même les « artistes de gauche engagés » le craignaient, étaient terrorisés. Par une paisible soirée d’été à Tunis, les plus valeureux et plus téméraires me sommaient de ne pas marcher sur le trottoir du Ministère de l’Intérieur, où était posté en permanence et à tous les deux mètres, un policier armé d’une mitraillette. Ils avaient tous peur, Peur avec un immense et solide P.

Pire que la peur, les Tunisiens vivaient tout aussi intensément et quotidiennement la méfiance avec un immense et solide M. Tous se méfiaient des uns et des autres: dans ce pays surpeuplé de policiers (environ 160 000, soit un Tunisien sur 10), un système de mouchards s’était en plus installé : les policiers achetaient des citoyens à coups de nananes, de dinars, de montres et de privilèges, afin qu’ils dénoncent leurs compatriotes, s’ils osaient ne serait-ce que dire un méchant mot contre Ben Ali et son gouvernement.

Au départ, je les croyais tous paranoïaques, mais l’accumulation de témoignages et certains incidents qui me sont arrivés m’ont fait me rendre à l’évidence : une dictature policière pétrifiait ce peuple. Heureusement que l’on avait l’humour et l’intimité de nos chez-soi pour faire sortir un peu le méchant.

Dans l’intimité de nos appartements, mes amis et moi discutions souvent de la révolution. Nous nous amusions à former notre propre gouvernement. Un tel aurait le ministère de l’éducation, un autre celui de la justice. C’est toujours moi qui voulais jouer à ce petit jeu. Mes amis s’y prêtaient, mais sans vraiment y croire.

Quelques jours avant de partir, à tous les gens que j’avais connus là-bas, je souhaitais une bonne révolution… Il fallait voir les réactions. Tout le monde en rêvait, à voir leurs yeux briller à l’évocation du renversement de Ben Ali, mais personne n’y croyait.

On m’a dit que la seule manière d’y arriver serait de diriger un commando invisible qui pourrait enlever Ben Ali et toute sa belle-famille d’un seul coup….

Revirements majeurs

Puis, les choses ont changé. Il y a eu la crise économique et l’augmentation du prix des denrées de base, et le chômage qui a augmenté. Mais la révolution en Tunisie ne peut pas être réduit à cela : du chômage, de la pauvreté, de l’inflation, des crises économiques. Tout cela est souvent le quotidien des peuples du tiers-monde.

Quelque chose a éclaté en Tunisie, quelque chose que l’on pouvait sentir en 2005 et sûrement avant : un trop-plein, un nœud dans l’histoire, une page blanche face à l’avenir. Avec 70 % des Tunisiens âgés de moins de 35 ans, la « révolution du Jasmin » est arrivée.

La fin de semaine

Dans un premier temps (j’imagine qu’ils sévissent encore, mais cela semble s’être calmé), les anciens policiers restés fidèles au déchu dictateur ont foutu le bordel, pillé, brûlé, frappé et très probablement tué des leurs. L’armée les a ralenti et est venue en aide au peuple. Déjà, l’armée avait refusé de tirer sur les manifestants avant le départ de Ben Ali; des rumeurs courent aussi à l’effet qu’elle aurait eu un rôle à jouer dans le départ précipité du despote. Qu’importe. Elle n’éveille pas moins la méfiance de certains Tunisiens : on ne veut pas d’une armée qui prenne le pouvoir, d’autant plus que Ben Ali est un ancien militaire.
Voilà pour samedi et dimanche.

Lundi et mardi, les manifestations ont repris.

Après Ben Ali dégage, on entend maintenant dans les grandes villes de Tunis : RCD dégage.

Avant même l’annonce du nouveau gouvernement d’union nationale, on critiquait la présence de membres du Parti Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD), le parti de Ben Ali, le parti unique qui n’osait se nommer depuis 23 ans, encore à la tête de l’État.

C’est qu’ils ne sont pas naïfs, les Tunisiens. Ils semblent avoir compris qu’il ne s’agit pas de chasser le chef pour vaincre le régime pourri.

Pour faire un parallèle local, chasser Charest et y substituer Normandeau ne changerait strict rien…

Bref, ces jours-ci, la rue tunisienne a peur qu’on lui vole sa révolution.

Aujourd’hui, en réaction au nouveau gouvernement d’unité nationale, où les postes et ministères clés ont été conservés par des membres du parti du RCD, les Tunisiens ont poursuivi par milliers, encore !, leurs manifestations. Encore des gaz lacrymogènes et des coups de matraque.

En fin de journée, certains membres de ce gouvernement ont démissionné (tous de l’opposition). Le président Mebazaa et le Permier Ministre Ghannouchi, tous deux intérim, ont quitté le RCD.

Qui sait ce que demain nous réservera ?

Une chose est certaine : Les Tunisiens ne semblent pas manipulés par des islamistes, ni par l’armée, ni par l’Occident, mais plutôt animés par une réelle soif de démocratie. Oui, la situation actuelle du pays, qui n’a jamais connu la démocratie, est plus que délicate et imprévisible.

Ils sont maintenant plus que jamais sous les feux de la rampe médiatique internationale. Et ils en sont parfaitement conscients.

Ils savent très bien que les citoyens des autres dictatures arabes les regardent. Si jamais la révolution du Jasmin devait vraiment aboutir à la démocratie, cela pourrait bien être la meilleure chose que le monde arabe ait connue depuis longtemps. Et pas juste le monde arabe, le monde tout court.

Bon, je rêve peut-être un peu, mais je le fais en mémoire des Tunisiens qui sont morts, soit par suicides, soit sous les balles, depuis un mois. Je crois qu’ils le méritent.

Démocratie helvétique

décembre 10, 2010 3 commentaires

Alors que mon ami québécois B. de Liverpool me demandait récemment comment se portait la vie politique au Québec, voilà de son côté mon ami J.-P., aspirant maîtrisard en Suisse, qui me donne des nouvelles de celle qu’il découvre depuis quelques mois en Suisse :

« Tu le sais peut-être, en Suisse, ils ont un système de démocratie participative, ce qui veut dire que les citoyens sont appelés très régulièrement (environ une dizaine de fois par année, ce qui fait en sorte que les Suisses sont beaucoup plus impliqués dans la vie politique que chez nous par exemple …) à se prononcer sur des projets de loi initiés soit par le parlement, par un parti, ou encore par un citoyen qui a recueilli assez de signatures. L’interdiction de construire des minarets a d’ailleurs été votée de cette manière.

Le principal parti en Suisse est l’UDC, une formation politique très conservatrice à la fois sur les plans économique et moral. Ils sont très forts en campagne et dans les régions alémaniques. C’est d’ailleurs eux qui avaient proposé l’interdiction de construire des minarets en 2009. Et là ils viennent de remporter une nouvelle votation populaire sur le renvoi systématique de tous les étrangers qui commettent certains crimes comme les crimes sexuels graves, mais également l’abus de prestation sociale ou encore le vol par effraction.

Ça fait pas mal de vagues en ce moment entre autres parce que l’UDC a utilisé des affiches publicitaires sur les murs des villes très « limite », pratiquement racistes, qui jouent toujours sur la peur et la menace. Mais ça marche à mort. Je te donne un aperçu des images utilisées selon les votations. Parallèlement à ce projet, les Suisse devaient également se prononcer sur une initiative du parti socialiste consistant à augmenter les impôts des plus grandes fortunes, chose qui a massivement été rejetée…




Je me disais que ça pourrait peut-être t’intéresser, parce que j’ai l’impression que la droite politique au Canada n’arrive même pas à la cheville de celle en Europe…

Je me demande bien s’ils me payent mon billet d’avion si je commets un petit crime à la toute fin de mon séjour d’études …:P

P.S. Si ça t’intéresse, les résultats de la votation du 28 novembre.

Ciao!

La machine libérale ne s’arrête jamais

novembre 26, 2010 Laisser un commentaire

Petite vidéo, découverte via le site de Lisée, très bien réalisée par des artistes citoyens indignés et anonymes. La création au service de l’indignation politique, on aime ça.

Amen

L’abc de la crise politique au Québec…

novembre 25, 2010 Laisser un commentaire

Politique 101; québécoise 2009-2010.

Lecture destinée aux exilés, et/ou perdus et/ou curieux du Québec politique actuel.

Un ami québécois exilé à Liverpool depuis quelques années m’a récemment écrit afin de savoir ce qui se passe exactement au Québec politique. Il venait de découvrir LA pétition et voulait une petite mise à jour…

Difficile d’être brève… J’invite tous les gens qui liront cette tentative de tableau synthèse à la corriger et/ou à l’améliorer.

Salut mon ami,

Puisque nous avons comme devise « je me souviens », je te dresse ici un portrait de mes simples souvenirs de l’actualité depuis… Près de deux ans maintenant !

Si je me souviens bien, tout cela a commencé au printemps 2009 à Montréal, avec une nouvelle dans les médias au sujet d’un généreux contrat de compteurs d’eau qui aurait été octroyé à Tony Accurso, un grand entrepreneur en construction. Le contrat a finalement été annulé, mais l’on a en cours de route découvert que des élus municipaux, du parti de Gérald Tremblay et de l’opposition, auraient dîné sur le luxueux yacht de Tony, tout comme de hauts placés à la FTQ, dont son président, Michel Arsenault. De même que certains gens de la famille libérale au provincial.

Après cette nouvelle, les médias de la métropole se sont mis à enquêter. Ils ont découvert toutes sortes d’informations qui pointaient toutes vers la même hypothèse : les enveloppes brunes et la collusion avaient envahi la mairie. Le maire n’a alors à peu près rien dit, sauf qu’il allait intenter des poursuites au criminel.

On attend toujours les résultats. Malgré tout ça, le maire a été réélu, il y a un peu plus d’un an, avec un taux de participation de moins de 40 %.

Tout ça, c’était au printemps 2009. Ensuite, les allégations de corruption ont commencé à fuser de toute part et il m’est un peu difficile de te faire la chronologie exacte de tout ce qui est sorti, tant il y en a eu. Depuis, les médias sont (re)devenus les chiens de garde de la démocratie. Pas une semaine passe sans qu’une nouvelle allégation ne se retrouve en Une.

Ces fâcheuses révélations auraient pu rester confinées à Montréal. Mais elles se sont plutôt déplacées dans d’autres municipalités…. Puis à la FTQ… Puis au gouvernement provincial.

Climat de peur sur les chantiers de construction, fracturation des contrats afin d’éviter les appels d’offre. Ententes entre entrepreneurs, ententes entre firmes de génie-conseil, afin de se partager les juteux contrats de construction du gouvernement, contrats qui se chiffrent par millions, puisque les infrastructures étaient la solution préconisée pour contrer la crise financière. Le tout avec la mafia jamais bien loin.

Jocelyn Dupuis, ex-président de la FTQ, accusé de fraude.

L’ex-ministre du travail, David Whissell, qui accorde des contrats à une compagnie dont il est actionnaire. Il a dû démissionner, mais au départ, notre Premier ministre n’y voyait aucun problème.

Après quelques mois de Unes qui n’en finissaient plus de mettre au jour de nouveaux scandales, à peu près tout le monde exigeait, avec un grand E, une commission d’enquête publique sur les allégations de corruption dans la construction. Tout le monde sauf la FTQ et l’Union des municipalités du Québec, bien entendu. C’était il y a un an. Le gouvernement Charest refusait alors cette enquête publique et optait plutôt pour des enquêtes policières qui, disait-il, allaient non pas amener des gens devant la TV, mais derrière les barreaux.

Le parti libéral croyait ainsi calmer la colère de la population et arrêter de fracasser des records d’impopularité dans les intentions de vote.

Voilà pour 2009.

2010 n’a pas été bien différente. Les soupçons, allégations et accusations de corruption occupent toujours le cœur de l’actualité, mais du domaine de la construction, ils ont atteint d’autres sphères :

Les firmes d’ingénieurs, neuf d’entre elles se partageraient les contrats du gouvernement. Les sociétés d’État, municipalités et ministères ont tous coupé leur budget alloué à l’ingénierie. Résultat ? Ils doivent maintenant engager des firmes qui sont chargées d’élaborer les projets publics, d’en déterminer les coûts et les appels d’offre…

La voilà, la fameuse ré-ingénierie !

Les garderies à 7 $ : Au printemps 2010, on apprenait que Tony Tomassi, alors ministre de la famille et très bon collecteur de fond, aurait attribué de lucratifs et convoités permis de garderie aux meilleurs contributeurs du parti. Il a dû démissionner depuis.

À partir de là, on a mis à profit le site du Directeur général des élections et l’on est allé scruter les dons aux partis. On a alors découvert que les secrétaires, concierges et autres simples employés de telle compagnie avaient tous offert le maximum permis de 3 000 $. Des enquêtes ont été ouvertes, on attend toujours les résultats.

Le clou du financement occulte du parti revient toutefois à nul autre que Marc Bellemare, notre coloré ancien Ministre de la Justice qui lançait lui aussi une bombe printanière : quand il était ministre, il aurait été contraint de nommer des juges dont les noms lui auraient été dictés par d’influents collecteurs du parti, tout cela avec la bénédiction de Jean Charest. Bellemare a alors réclamé encore, comme tout le monde le fait, une commission d’enquête sur la construction ET sur le financement des partis politiques. Charest a plutôt décidé de le poursuivre, tout en instituant une commission, mais qui n’a porté que sur le processus de nomination des juges. Cette commission Bastarache (le juge Bastarache est connu pour ses couleurs libérales), surmédiatisée, avait tous les airs d’un cirque et n’a fait que braquer encore plus l’opinion publique envers tout ce qui pouvait s’apparenter à de la politique au Québec. C’était cet automne et l’on attend toujours son rapport.

Il faut savoir que tout ça se passe dans un contexte de mécontentement général où l’on accuse à la fois les politiciens d’être petits et les électeurs d’être cyniques. Où le taux d’insatisfaction des gens à l’égard du gouvernement Charest se maintient en moyenne à 80 %. Où Jean Charest maintient son personnage imbu de lui-même, condescendant et sourd aux demandes du peuple qui l’a élu.

Rajoute à cela un budget Bachand qui charcute les services publics et ramène des impôts non progressifs. Rajoute à cela le dossier des gaz de schiste. Tu te retrouves avec un ras-le-bol généralisé. Tout le monde est, soit en criss, soit totalement dégoûté.

J’ai l’impression (ou l’espoir ??), que tout commence à craquer. Les allégations sont de plus en plus pointues et proviennent désormais de sources anonymes au coeur des enquêtes en cours. La FTQ a viré de bord ses derniers jours et est maintenant en faveur de l’enquête. L’UMQ aussi, après que quelques-uns de ses maires aient été suspendus le temps que la lumière soient faite sur des allégations d’enveloppes brunes qu’ils auraient reçues et/ou données.

Encore maintenant, le gouvernement Charest préfère les enquêtes policières à l’enquête publique. Le hic, c’est que même la police est en faveur de cette enquête. Pourquoi ? parce que les deux vont de pair : l’enquête oblige les intéressés à comparaître et délient les langues. Les enquêtes policières progressent ainsi bien mieux.

Bon rendu ici, tu dois en être arrivé à peu près la même conclusion que la majorité des Québécois : s’il refuse de la déclencher cette foutue enquête publique, c’est que le gouvernement Charest sait très bien qu’il a trop à perdre.

Te voilà avec un pas pire tableau de l’univers politique de ton Québec. J’espère que tu comprends mieux pourquoi le compteur de LA pétition a monté en flèche les premiers jours et pourquoi il continue de monter encore. On n’est pas loin du quart de million après deux semaines. C’est un record historique.

J’imagine que tu te demandes que fait l’opposition ? Bien sûr, elle réclame en cœur une enquête, mais sinon :

Le PQ se chicane sur l’article 1 du parti : un référendum doit-il ou non être tenu lors d’un premier mandat. Il remet aussi en question le « leadership » de Mme Marois, qui l’aurait bien plus facile si elle s’appelait Paul et non pas Pauline…

QS et son unique député se défendent très bien, mais la direction bicéphale leur nuit toujours tout autant. Et personne ne croit sérieusement à leur chance.

L’ADQ est presque morte, mais son chef, l’ancien journaliste de TQS Deltell a fait la Une et TLMEP la semaine dernière en traitant Charest de « parrain » de la famille libérale.

Sinon, il y a aussi des « mouvements » de droite qui s’organisent. Le premier, inclus Legault, Facal et quelques autres lucides (tu étais là à l’époque du Manifeste des lucides ?). Lucien Bouchard n’est pas loin, prêt à nous dire de devenir encore plus esclaves de nos patrons.

Il y a aussi le Réseau-Liberté-Québec. Celui-là, tu l’aimerais. Des gens de Québec, de la radio poubelle, tout imprégnée de l’âme de Fillion, qui affirment que l’État doit être réduit, anéanti, pour plus de « libartés » individuelles. De la pure démagogie digne du Tea Party américain.

Ces « nouveaux » groupes de droite, même s’ils ne sont pas des partis politiques, récoltent dans les sondages jusqu’à 40 % des intentions de vote…

Fait plutôt nouveau, on parle beaucoup de gauche et de droite maintenant au Québec. Mais j’ai parfois l’impression que les gens ne saisissent pas bien la différence.

Ainsi, ces nouveaux mouvements affirment que la gauche a assez gouverné ces dernières années et qu’il faudrait laisser enfin la place à la droite… Pourtant, on n’a pas vu la gauche gouverner depuis longtemps. Depuis Parizeau, soit depuis 15 ans ! S’il y a corruption maintenant au Québec, c’est parce que l’actuel gouvernement a laissé toute la place au privé, ce qui est constitue l’abc même de la droite.

Il faudrait que les gens finissent par le comprendre, avant les prochaines élections. Parce que signer une pétition, c’est bien, mais voter (en connaissance de cause), c’est mieux.