Archive

Posts Tagged ‘police’

Ni Allah, Ni Maître: le grand brouillard tunisien.

juin 29, 2011 3 commentaires

C’est tout à faire par hasard que j’ai assisté dimanche à ma première manifestation post révolutionnaire à Tunis. Une manifestation d’extrémistes religieux, dixit les médias locaux.

J’étais tranquillement installée chez des amies à écouter un film fleur bleu égyptien douteux et en arabe. Nous avons alors entendu des cris venant de la rue.

« Ce sont les islamistes », que m’ont dit mes hôtesses.Tant pis pour la fin du film, nous sommes tout de suite sorties.

Devant le cinéma Africart étaient rassemblés plus ou moins 30 jeunes, islamistes,reconnaissables à leur barbe et à leurs slogans qui disaient à peu près « Allah est le seul dieu et Mohamet est son prophète », « Le peuple est musulman et le restera ».

Ils s’étaient déplacés afin de tenter d’empêcher la projection d’un film prévu ce jour-là : « Ni Allah ni Maître », de la réalisatrice franco-tunisienne Nadia El Fani. J’avais déjà entendu parler de cette femme, qui a récemment provoqué un scandale à la télé tunisienne en affirmant haut et fort son athéisme.

Bref, avec les minutes qui passaient, l’attroupement grossissait et les slogans étaient toujours plus forts scandés. Les flics, qui étaient partout présents autour (ce cinéma est situé à côté d’un poste de police et à quelques mètres de l’avenue Habib Bourguiba, où sont postés en permanence des dizaines de policiers. Et le ministère de l’Intérieur est à peine à deux minutes de marche!) ne faisaient absolument rien. Je me suis alors déplacée vers l’avenue Habib Bourguiba, afin de voir si les flics s’apprêtaient à bouger. (Afin aussi de rester prudente, comme je vous l’ai promis).

Pendant une bonne demi-heure, les forces de l’ordre n’ont rien fait. Pourtant, ces gens n’avaient pas reçu l’autorisation de manifester. Bref, disons seulement que l’on a vu d’autres manifs et/ou sit-in à Tunis être plus rapidement cassés depuis janvier.

J’ai parlé à des gens sur l’avenue qui m’ont savamment expliqué que les policiers ne pouvaient rien faire : maintenant que la Tunisie a retrouvé sa liberté d’expression, on doit laisser ces manifs se dérouler.

Ensuite, alors que la foule, composée soit de curieux, soit de barbus, grossissait toujours, quelques individus, sortis de nulle part avec un drapeau noir sur lequel était imprimé en blanc des slogans islamistes, ont courus vers le cinéma, y ont fracassé la porte et les fenêtres vitrées. Certains sont entrés à l’intérieur. Et, selon les articles ici et sur Internet, ils ont agressé certaines personnes, dont le directeur du cinéma.

Seulement alors, les forces de l’ordre sont intervenues. À ce moment-là, ces « islamistes » ne devaient pas être plus que 50. J’ai vu au moins trois hommes amenés par un policier… cagoulé. J’ai demandé autour de moi : « Pourquoi le policier qui arrête les gens est cagoulé et pas les autres ? « Pour qu’il ne soit pas reconnu », que l’on m’a répondu. « Sinon, il pourrait avoir des problèmes, être agressé dans son quartier.»

Les choses se sont ensuite un peu calmées. Tant à qu’à être là, j’en ai donc profité pour aller le voir, ce film…

Je tiens à souligner que les gens présents pour la projection du film étaient au moins quatre fois plus nombreux que les gens dehors pour l’empêcher.

J’écris pour l’empêcher, et je pèse bien mes mots : le problème n’est pas tant que des gens aient manifesté contre le film. Manifester contre un film, ça peut très bien être un droit démocratique. Le problème est que les gens présents dehors cherchaient à annuler carrément la projection du film. Nuance. Nuance très importante que les forces de l’ordre n’ont pas su capter ce jour-là.

Les islamistes veulent manifester, très bien. Normalement, ils doivent demander l’autorisation. S’ils l’obtiennent, les forces de l’ordre les laisse manifester, mais s’assurent que les clients du cinéma peuvent accéder librement à la projection. Même si le sujet du film est provocateur et/ou tabou.

Car le problème avec ce film est bien là : il aborde deux sujets, liés et hautement tabous en Tunisie : la laïcité et l’athéisme. Des sujets qui soulèvent les passions et qui valent à celui qui les aborde de front d’être traité de mécréant, voire de traitre au pays.

Pour moi, ce film s’est avéré intéressant, très instructif, mais surtout, surtout, absolument inoffensif envers la religion. Ce film ne s’attaque pas de front aux religieux, dans mon esprit du moins. Tourné en partie avant et en partie après la révolution, le documentaire de El Fani est essentiellement un plaidoyer pour que les Tunisiens laïcs ou non pratiquant puissent vivre leur vie librement, sans se cacher, sans avoir par exemple à jouer le jeu hypocrite de faire semblant de jeûner pendant le Ramadan. Elle prône ainsi la laïcité afin que tous les Tunisiens – musulmans, juifs, chrétiens ET athés – soient intégrés et respectés dans le pays.

Bref, pour moi, ce film n’a rien de scandaleux. Mais je suis ici l’étrangère. La laïcité, même au Québec, où la religion ne joue plus qu’un rôle mineur, demeure un sujet sensible. Rappelez-vous la saga des cours d’éthique et de culture religieuse. Et la croix toujours accrochée à l’Assemblée nationale. Et les accommodements raisonnables. Alors, imaginez-vous dans un pays où la majorité est profondément croyante.

Le sujet est ici sensible, mais différemment. Pour une majorité de gens, le terme de laïcité est tout d’abord perçu comme un concept étranger, occidental. Pas que les Tunisiens soient opposés à l’étranger, mais ils tiennent à conserver une identité qui depuis une dizaine d’années, comme dans tout le monde arabe, est fragilisée. Rien de plus légitime.

Surtout, pour plusieurs, le terme de laïcité n’est pas perçu simplement comme la séparation de l’État et de la religion, mais il est plutôt confondu avec l’athéisme. Et l’athéisme est ensuite compris comme un rejet de la religion, de l’islam, de la culture musulmane dans son ensemble. Ainsi, si j’ai bien compris (c’est pas simple !), invoquer la laïcité, c’est brandir le spectre de la perte, ou de la fragilisation d’une culture, d’une identité, musulmane et arabe, commune à l’écrasante majorité de ce pays, majorité qui est fière de cette culture, et qui y tient, particulièrement en ces temps de transition plus que nébuleux où plus rien n’est sûr. Sans oublier que cette culture fait normalement consensus.

C’est ainsi que plusieurs personnes rencontrées à Tunis, des jeunes, des progressistes, des politiciens, souvent athés ou non pratiquants, désapprouvent non pas le sujet de Nadia El Fani, mais la manière dont elle s’y prend.

Parce que selon eux, cette manière, provocatrice, ne fait qu’attiser les tensions à un moment où le peuple a besoin de cohésion. Deuxièmement et surtout, parce que ces faux débats (ce sont leur terme) que sont la laïcité, le droit des femmes, la montée de l’islamisme, la normalisation des relations avec Israël, ne font que détourner l’attention du peuple des véritables problèmes que vit actuellement le pays dans sa transition démocratique : le réel démantèlement du régime de Ben Ali. Le grand ménage politique qui n’a pas été fait. Les points d’interrogation sur les crimes contre l’humanité commis avant et pendant la révolution.

Selon eux, le gouvernement de transition, tant dans ses hautes sphères que dans ses instances régionales, est toujours dirigé, sous influence, sous le pouvoir, de l’ancien parti de Ben Ali, le RCD, même si ce dernier a été dissous en mars.

Cette croyance n’est pas partagée par une minorité de personnes, mais par une majorité étonnante. Les phrases que j’entends le plus fréquemment, au sujet de l’État : « Rien n’a changé. » « Le ménage n’a pas été fait, les mêmes personnes tirent toujours les ficelles. » « Trop de grands criminels de la famille Ben-Ali-Trabelsi sont toujours en liberté » « Certains ont été volontairement épargné par le gouvernement de transition. »

Je ne cite ici aucun nom, non pas parce que ces personnes ne souhaitent être nommées, mais parce que tout le monde ici me dit à peu près la même chose, mas sans jamais me donner de preuves. Personne n’est en mesure de prouver leurs dires. Mais tout le monde sait que la contre révolution est à l’œuvre.

Un soir, j’ai rêvé que Radio-Canada me téléphonait pour me demander de résumer en onde et en une minute 20 secondes le progrès de la démocratie en Tunisie.

Par chance, ce n’était qu’un rêve. Qu’aurais-je pu leur répondre ? Pas un Tunisien ne sait comment se déroule exactement la transition démocratique de son pays. La Tunisie est aujourd’hui plongée dans un brouillard politique opaque.

Déjà en 2005, tout le monde se méfiait de tout le monde, parce que tout monde était en puissance un indicateur de la terrible police. Aujourd’hui, tout le monde est possiblement un ex rcdésite ou un agent de la contre révolution. Le Tunisien n’a aucunement confiance au gouvernement de transition, pas plus qu’il n’a confiance à la police, à l’armée ou à la justice. Pire, il commence à douter de la capacité de son peuple de mener à terme cette révolution.

Comme la communication entre le gouvernement de transition et le peuple tunisien est nulle, comme le gouvernement manque terriblement de transparence (personne ne sait trop ce qu’il fait exactement), la machine à rumeurs, à complots se met en branle. Difficile ensuite de dire qui dit vrai, si seulement quelqu’un dit vrai.

La manif de dimanche en est un autre bon exemple. Personne ne savait exactement qui étaient ces jeunes hommes (et ces deux ou trois femmes) venus manifester devant le cinéma Africart. Le principal parti islamiste, Ennadha, a dénoncé la manif. Aucune organisation n’en a réclamé l’organisation.

Alors, bien sûr, sur l’avenue Habib Bourguiba, les hypothèses abondaient : d’abord, on était sûr que ces gens étaient manipulés : par le pouvoir, par la police politique, par les ex rcédistes, par les Talibans, par Al-Qaida ! On m’a assuré que ces 50 jeunes n’étaient pas de vrais islamistes, mais des gens payés 10 ou 20 dinars par la police politique !

Tout le monde avait sa propre idée, mais aucune instance, en l’occurrence l’État (qui d’autre ?), n’est venue donner de réponse. Je vous laisser imaginer comment la machine à rumeurs s’est enflammée ensuite sur les réseaux sociaux…

Publicités