Archive

Posts Tagged ‘Listéria’

Jean Charest à la fromagerie

Je travaille dans une fromagerie plutôt branchée de Montréal. Chaque semaine apporte son lot de personnalités connues, en provenance de tous les milieux : artistique, journalistique, scientifique, sportif, télévisuel, politique. Bref, nous avons l’habitude à la fromagerie de servir des gens « connus ». Paraît que cela a toujours été ainsi.

Question politiciens, il y avait toutefois longtemps que nous n’avions pas vu notre Premier Ministre Jean Charest. Je me rappelle bien l’avoir vu demander du fromage au comptoir ces dernières années, mais jamais depuis la crise de la listériose de septembre 2008.

« Je voudrais une pâte ferme », que M. Charest m’a dit, tout juste après m’avoir adressé un bonjour plutôt froid.

« Une pâte ferme du Québec ? », lui ai-je demandé.

« Oui ».

Après m’avoir entendu décrire quelques fromages à pâte ferme du Québec, M. Charest a opté pour Alfred le Fermier, un fromage au lait cru bio des Cantons-de-l’Est.

Il m’a ensuite demandé un morceau de Kénogami.

Le Kégonami !

Il a du goût le Premier Ministre ! Mais sait-il, il devrait savoir, que le Kénogami n’est plus fabriqué avec du lait cru depuis la crise de la listériose de 2008 ?

Mais encore, sait-il que les producteurs du Kégogami, les Lehmann de Hébertville au Lac-Saint-Jean, ont arrêté la production de la meilleure pâte ferme que le Québec ait connue, le Valbert, à la suite de cette hystérique crise ? D’origine suisse, les Lehmann ont cessé de produire des fromages au lait cru depuis la crise. Selon eux, il ne saurait y avoir un Valbert de lait thermisé ou pasteurisé. Aux dernières nouvelles, ils ne reprendront pas la production du Valbert tant et aussi longtemps que les normes québécoises ne changeront pas.

Source Meules du feu Valbert

Mais non, je n’ai pas dit tout cela au Ministre Premier.

Primo, je me devais de respecter les règles de mon boulot : Jean Charest était là en tant que client et le client a toujours raison.

Deusio, malgré mon indignation sans relâche envers son gouvernement, je n’avais à ce moment là aucune envie de déverser mon fiel sur l’homme. J’étais même un peu intimidé. Tsé, le Premier Ministre. C’eût été trop facile que de lui lancer des reproches et des insultes qu’il a, de toute façon, maintes fois reçues.

D’autant plus qu’il n’avait guère bonne mine. Il manquait un peu de soleil, il avait le teint pâle. Comme dirait mon patron, il était pas « top shape ». Plutôt profil bas. En le servant de derrière mon comptoir, j’ai pensé à son père décédé il y a quelque temps. J’ai entraperçu l’homme derrière le personnage public, mais je ne suis pas parvenue à l’atteindre : je n’ai eu aucun sourire, aucune complicité. Froid et distant, qu’il m’a paru.

Mais bon, peut-être que mon non verbal ne s’y prêtait pas…

Enfin, avant de quitter le comptoir de fromage, M. Charest m’a demandé une suggestion pour un troisième fromage.

« Quelque chose de nouveau », qu’il m’a dit.

Je lui ai alors parlé de la tomme de brebis la Douce Folie, succulent fromage fabriqué depuis peu à la nouvelle fromagerie Il était une Bergère, à Saint-Cuthbert .

Le Premier Ministre m’a alors demandé si ce nouveau fromage était au lait cru (ce qu’il aime bien, selon ses précédentes visites).

C’était m’offrir sur un plateau d’argent l’occasion de lui répondre une savoureuse réponse pleine de sous-entendues pour toute personne qui suit l’évolution de la production de fromage au Québec depuis un an et demi (espérons qu’il a capté le message) :

« Non, Monsieur, le nouveau fromage est pasteurisé. Des fromages au lait cru, il n’en reste plus beaucoup au Québec. »

Publicités